fbpx
A Lyon, un magnétiseur-énergéticien à votre écoute

Magnetiseur – Coupeur de feu à Lyon

Vivre avec la nature

Vivre avec la nature

 

Je vais garder contact avec le temps, l’eau, l’air, et la nuit.

 

La nature intouchée est difficile à trouver. En effet, même quand nous avons l’impression d’être “en pleine nature”, nous sommes entourés des effets de l’industrialisation : forêts rasées et replantées, paysages défrichés, cloisonnés, ouverts puis recloisonnés par l’histoire de l’agriculture, rivières déviées de leur cours et endiguées, pylônes, routes, ponts. La vie industrielle est partout ; elle façonne chaque hectare.

En France, à la fin du vingtième siècle, je ne peux pas trouver de paysage dans lequel je ne distingue pas un ouvrage humain ; je ne peux pas dormir dehors sans entendre le bruit du trafic, proche ou lointain. Les zones exemptes de routes et d’agglomération sont étroites et peu nombreuses.
Néanmoins, il existe une grande différence entre, par exemple, marcher dans les champs et marcher dans la ville, longer un torrent de montagne et longer une rivière bétonnée, traverser une forêt et traverser une banlieue.

Si nous avons l’occasion d’aller passer du temps dans des pays où les espaces naturels sont vastes et pratiquement intouchés, faisons-le. Il n’est pas nécessairement besoin d’aller très loin ni d’affronter une nature très hostile (la Scandinavie, par exemple, offre de tels espaces). Mais nous pouvons nous contenter d’à peu près n’importe quelle région préservée, si nous choisissons bien le moment et le moyen. Ce que j’appelle “la nature” dans cette page s’oppose simplement à “la ville”.

Vivre occasionnellement avec la nature peut se faire de multiples manières :

  • Promenades de quelques jours, seul ou à deux (les groupes de plus de deux personnes
    tendent à se focaliser sur leurs interactions sociales et à oublier jusqu’à l’endroit où ils se
    trouvent).
  • Voyages, marches d’orientation, déplacement à la force de son corps.
  • Nuits dehors, sous tente ou à la belle étoile (même dans son jardin !) ;
  • Construction et habitation d’abris : cabane, hutte ; habitation d’une maison ancienne sans électricité ;
  • Retraite annuelle dans un lieu naturel et isolé. (Mais ne laissons rien derrière nous : ni plastique, ni métal. Enterrons le papier et les détritus organiques. N’utilisons pas de véhicules ni d’outils à moteur. Ne brisons pas les plantes. Laissons aussi peu de traces que possible.)

Pour des enfants des villes, vivre occasionnellement avec la nature permet de prendre (et garder) conscience de l’interdépendance avec le monde naturel :

  • Dans la nature, la notion du temps est différente ; le temps n’est plus compté, découpé, utilisé. Il nous passe dessus comme un courant.
  • L’air, le vent, l’eau, la pluie et les intempéries prennent des aspects nouveaux, inconnus. Ils sont beaucoup plus riches et multiples que ce que nous en percevons habituellement.

Vivre occasionnellement avec la nature permet de prendre conscience de l’absurdité de certaines de nos habitudes, mais aussi de réapprécier le confort de la vie urbaine. C’est aussi une manière de comprendre certains choix de la société industrielle en général, et certains de nos choix propres.

 

 

 © Copyright 2009 Luc Élias-Kawada  et Jean-François Romang. Ces textes sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons - Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France. La reproduction et la diffusion sont autorisées, sans modification et à des fins non commerciales.

 

 

N'hésitez pas à partager cet article...
S’abonner
Être notifié des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
error: Attention : Ce contenu est protégé !