fbpx
A Lyon, un magnétiseur-énergéticien à votre écoute

Magnetiseur – Coupeur de feu à Lyon

Anticiper

Se connaître et anticiper

 

 Je vais connaître mon mode de réaction, et l’anticiper à chaque changement de contexte.

 

Il se peut que je sois satisfait, que je ne ressente ni colère, ni angoisse, ni aversion, ni tristesse. Dans ce cas, je peux refermer ce livre et passer à autre chose. Il se peut aussi que mon existence soit ponctuée d’épisodes pénibles suffisamment fréquents pour justifier mon envie qu’ils cessent.

La méthode que me proposent le bouddhisme et les thérapeutiques modernes est de renoncer à vouloir changer le monde pour en faire un monde à mon idée. Il s’agit plutôt d’agir sur la seule chose sur laquelle je peux avoir de l’influence : moi-même. Dans ce cas, je suis amené à éviter les schémas récurrents qui provoquent et entretiennent mon état de malheur. Ce peut être : ma manière de voir le monde, ma manière d’interpréter les réactions des autres personnes, ma manière de réagir à des événements ou à des situations. Je parviens à insérer mon pouvoir de décision entre la “réalité” à laquelle je sais avoir tendance à réagir, et la “réaction” que je sais avoir.

 

Concrètement, si j’ai tendance à réagir négativement à certaines situations, qu’est-ce que je peux faire ?

En général, notre vie est organisée en cycles assez réguliers, avec des évènements récurrents : nous faisons la même chose à peu près à la même heure, nous avons un emploi du temps hebdomadaire, nous participons à des réunions familiales annuelles, et nous nous trouvons face à telle ou telle situation à intervalles réguliers. Les personnes émotives tendent à réagir dans certaines situations déterminées. Par exemple, je peux souffrir de dépression tous les ans à la même époque ; ou je peux me mettre en colère à chaque fois que je conduis ma voiture. Je peux également être “pris de court” par mes réactions : en général, elles se produisent au moment où je suis préoccupé par des transitions dans mon emploi du temps : je vais  ou je reviens  d’un rendez-vous, j’arrive  sur un lieu de travail, quelqu’un entre , je m’apprête à faire quelque chose.

Pour modifier mon mode de réaction, je peux :

  1. Apprendre à connaître ce mode de réaction. Pour cela, je peux prendre le temps de noter les réactions et les circonstances dans lesquelles elles se sont produites. Je peux faire cela tous les jours dans mon journal, ou n’importe quand après une réaction que je veux éviter dans l’avenir.
  • Que s’est-il passé ? Quelles en sont les conséquences ?
  • Est-ce que je veux éviter cette situation dans l’avenir ? Pourquoi ?
  • Quelles étaient les circonstances qui ont initié ma réaction ? Vont-elles se reproduire ? Quand ?
  • Quelle réaction différente je vais adopter quand elles vont se reproduire ?
  • Quelles vont être les conséquences de cette réaction différente ?

 

2.   Anticiper mon mode de réaction. Pour cela, je peux examiner le futur immédiat point par point, visualiser les transitions de mon emploi du temps, examiner les différentes situations auxquelles je vais être confronté, et préparer mes réactions.

  • Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ?
  • Quelles sont les transitions dans mon emploi du temps ?
  • Quelles réactions ai-je déjà eues, que je souhaite éviter ?
  • Quelles réactions différentes ai-je décidé d’adopter ?
  • Quelles méthodes sont à ma disposition ?

 

Voici un exemple de dialogue intérieur :

“Le matin. OK. Petit déjeuner. Il m’arrive de m’énerver contre les enfants vers huit heures moins le quart parce que je suis en retard et qu’ils ne mangent pas. Mais ce n’est pas de leur faute, c’est de la mienne. Au lieu de commencer à m’habiller à sept heures et demie, je vais m’habiller vers sept heures dix. Je pourrais les faire manger plus tôt. Je vais garder le sourire. Je ne vais pas élever la voix, ni parler plus vite, ni avoir de gestes d’énervement. Je vais partir à huit heures moins dix, quoi qu’il arrive. Bien. Après ça va. Mais en arrivant, je croise le regard de M. . . et ça me déprime pour la journée. Désormais je vais passer par la petite porte, et je vais l’éviter.

Peu importe ce qu’il pense ; tout ce qui compte c’est d’éviter de me torturer pour rien. Après ça, je vais refuser de passer ce quart d’heure d’angoisse avant de me mettre au travail. Je vais consulter le dossier du jour avant d’enlever mon manteau. Je vais écrire ma liste de tâches. Si T. . . me demande ce qui m’arrive, je vais sourire. Si à un moment donné je me sens en colère, je vais aller aux toilettes avant de réagir [etc.. . .]”.

Pouvez-vous mener un tel dialogue intérieur ?

 

 

Découvrez d’autres préceptes de l’Almanach Zen

364 préceptes à méditer…

 

© Copyright 2009 Luc Élias-Kawada  et Jean-François Romang. Ces textes sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons – Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. La reproduction et la diffusion sont autorisées, sans modification et à des fins non commerciales.

 

 

0 0 votes
Evaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Alert: Content selection is disabled!!