fbpx
A Lyon, un magnétiseur-énergéticien à votre écoute

Magnetiseur – Coupeur de feu à Lyon

Empathie

Que ressent l’autre ?

 

Je vais me projeter mentalement à la place de l’autre personne.

Si nous fermons les yeux un instant et portons notre attention sur nos pensées, sensations et émotions, nous nous rendons compte de leur complexité. Notre corps nous transmet des sensations diverses, certaines agréables, certaines pénibles, venues de toutes ses parties. Nous avons toujours plus ou moins mal quelque part ; nous sentons notre peau, nos os, nos dents.

Parallèlement, notre esprit vagabonde dans un réseau complexe de pensées, de souvenirs, d’émotions. Sans cesse nous reviennent des images du passé, sans cesse nous échafaudons des interprétations du monde, sans
cesse nous luttons avec nos peurs, nos hontes, nos rancoeurs. Il en va de même, exactement de même, pour les autres personnes. C’est une chose que nous savons mais que nous prenons rarement en compte dans notre rapport avec elles. Parce que nous ne les ressentons pas directement, nous avons tendance à minimiser leurs pensées, émotions et sensations. Nous avons tendance à penser qu’elles sont, par nature, moins intenses, moins nombreuses, moins complexes, moins justifiables et moins légitimes que les nôtres propres.

L’empathie — la capacité de se mettre à la place des autres personnes — ne dépend pas d’une “nature”. C’est d’abord une pratique. Cette pratique passe par des étapes et s’appuie sur des méthodes. Une première étape consiste à accorder aux autres personnes la même importance qu’à nous-mêmes, même si nous ne parvenons pas vraiment à nous mettre à leur place et à ressentir ce qu’elles ressentent. Cela consiste à :

  1. Prendre une part des ressources correspondant au nombre de personnes. S’il y a une tarte et quatre personnes, ma part est un quart. S’il y a six personnes dans une réunion d’une heure, mon temps de parole est de dix minutes. Nous avons tendance à invoquer toutes sortes de raisons pour ne pas respecter ces principes : « “j’ai” des choses à dire ou à faire », « “j’ai” de meilleures idées » ou « “je” suis plus compétent » — ou inversement « “je” ne suis pas compétent » ou « “moi”, je m’en fous ». Nous avons aussi tendance à nous attacher au fait que les autres personnes ne respectent pas ces principes. Mais si nous voulons aboutir à un état d’empathie, nous ne pouvons nous passer de respecter ces principes en toutes circonstances.
  2. Respecter les autres personnes dans ce qu’elles font et dans ce qui est important pour elles. Nous avons tendance à les interrompre quand elles parlent ou quand elles agissent. Là encore, nous pensons que ce que nous avons à dire est plus important ou quenous sommes plus compétents. À part bien sûr en cas de danger grave, nous pouvons là encore renoncer à interrompre les autres personnes quelles que soient les bonnes raisons que nous pensons avoir de le faire.

Si nous appliquons ne serait-ce que ces deux principes, nous pouvons très vite prendre du recul par rapport à nos propres désirs et à notre propre importance. Nous pouvons alors commencer à
imaginer ce que ressentent les autres personnes et à visualiser la complexité et la richesse de leurs
émotions, pensées et sensations. Nous pouvons nous rendre compte que ce qui nous affecte les affecte.

La prochaine fois que vous vous trouverez à table ou en réunion avec d’autres personnes :

  • Divisez le temps total disponible par le nombre de personnes pour mesurer le temps de parole. Comment l’utilisez-vous ? Comment l’utilisent les autres personnes ?
  • Renoncez à interrompre ; parlez à votre tour ; et pourtant, occupez précisément votre temps de parole (contrôlez montre en main).
  • Observez les ressources en présence. Y a-t-il des ressources communes (pain, beurre, papier, etc.) ? Comment sont-elles utilisées ?
  • Choisissez une personne et concentrez-y votre attention. Essayez d’observer la scène de son point de vue. Imaginez, ce faisant, qu’elle a des crampes d’estomac qui lui rendent la situation inconfortable.

 

 

 © Copyright 2009 Luc Élias-Kawada  et Jean-François Romang. Ces textes sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons - Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France. La reproduction et la diffusion sont autorisées, sans modification et à des fins non commerciales.

 

 

N'hésitez pas à partager cet article...
S’abonner
Être notifié des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
error: Attention : Ce contenu est protégé !