fbpx
A Lyon, un magnétiseur-énergéticien à votre écoute

Magnetiseur – Coupeur de feu à Lyon

maitriser-ses-réactions

Maîtriser ses réactions

 

 Abandonner l’idée de réagir ; penser : “je vais réfléchir”

 

Quand un chien se tient en face de vous et aboie, est-ce que vous tentez de l’impressionner en manifestant votre colère ? Non. Vous essayez de ne manifester ni colère, ni agressivité, ni peur, et vous passez tout simplement votre chemin. Vous n’essayez pas de corriger le chien.

Il nous est parfois très difficile de maîtriser nos réactions, en particulier d’indignation, de colère, de dégoût ou même de tristesse. Si nous vivons ou avons vécu dans un milieu dans lequel les émotions sont exprimées souvent et violemment, il nous est difficile de comprendre que les émotions peuvent être retenues et qu’on a avantage à le faire. Si je suis par exemple quelqu’un qui s’emporte facilement, il m’est difficile de voir les très grands avantages que ma vie tirerait de ne plus me mettre en colère. De plus, il me semble être soudain “submergé” par ma colère. Il m’est difficile de voir qu’il s’agit en fait d’un processus graduel, plus ou moins rapide selon les personnes, pendant lequel l’irritabilité et l’hostilité s’accumulent avant que la colère n’explose.

Néanmoins, il m’est possible d’apprendre à me glisser dans cet espace. Pour cela, je peux anticiper mes réactions, c’est-à-dire m’y préparer et aller à leur encontre ; je peux les distraire, par exemple en comptant dans ma tête jusqu’à dix ou jusqu’à cent si nécessaire ; je peux les désamorcer en m’éloignant de ce que je crois être leur source ; enfin je peux les dissiper par le raisonnement et regardant la situation et en m’apercevant qu’elle ne justifie pas mon émotion et que j’ai avantage à maîtriser mes réactions.

L’éloignement est la méthode la plus simple, mais elle ne rend pas directement possible un progrès sur soi-même. Il est bon de l’utiliser lorsqu’on a compris l’avantage qu’on a à maîtriser ses réactions mais qu’on ne sait pas comment faire.

L’analyse de la situation est la méthode la plus difficile mais la seule durable. C’est pourquoi je conseille d’utiliser toutes les méthodes pour se sauver de la réaction violente et immédiate, mais d’en venir petit à petit à dissiper l’émotion en observant la situation et en constatant qu’elle ne justifie pas l’émotion qui nous emporte.

Le cerveau humain est composé d’environ dix milliards de neurones qui se comportent tous de la même façon très simple sur le modèle stimulus-réponse. Chacun d’entre eux reçoit les impulsions électro-chimiques provenant des organes des sens ou d’autres neurones. Jusqu’à un certain seuil, il ne se passe rien. Puis le neurone “déborde” et jette à son tour une impulsion vers d’autres neurones ou vers des organes du corps.

 

neurones

 

En tant que personne, nous nous comportons dans une certaine mesure de la même façon.

C’est particulièrement flagrant dans le cas de la colère. Nous recevons des stimuli de notre environnement et ces stimuli font monter en nous le niveau émotionnel. Puis la colère “déborde”, ou “explose”.

Néanmoins, au-delà de ces similitudes, il existe une différence fondamentale entre le neurone de notre cerveau et nous-mêmes. Le neurone individuel est très simple et son temps de réaction est pratiquement instantané. Mais en ce qui concerne la personne, il y a justement dix milliards de neurones entre les stimuli et la réponse. L’information doit accomplir un chemin très compliqué.

Nous pouvons profiter de cette complexité. pour contrôler la manière dont nous recevons les stimuli et la manière dont ils font monter en nous le flot émotionnel. C’est ce que Steven Covey appelle l’espace entre le stimulus et la réponse (The 7 Habits of Highly Effective People ; Powerful Lessons in Personal Change. Fireside, 1989) et qu’on pourrait aussi appeler la libre volonté.

 

libre-volonte

 

 Une fois qu’on a pris conscience de cet espace, il est possible de s’y glisser et de l’agrandir.

 

 

Découvrez d’autres préceptes de l’Almanach Zen

364 préceptes à méditer…

 

 

© Copyright 2009 Luc Élias-Kawada  et Jean-François Romang. Ces textes sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons – Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. La reproduction et la diffusion sont autorisées, sans modification et à des fins non commerciales.

 

 

0 0 votes
Evaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: